Dans la radio polonaise déchainée

C’est toujours avec un grand plaisir que je collabore avec certains medias polonais: ici mon opinion concernant la menace nord-coréenne grandissante : Amis polonophones bonne lecture!

Quel est le rôle de Kim Jong Eun dans la crise militaire en cours ?

Les medias nord-coréens font tout (et semblent y parvenir) pour que le monde coïncide la politique militaire de la Corée du Nord avec l’armée nord-coréenne et non avec Kim Jong Eun. Même si celui-ci est visible dans le cadre de visites militaires (il s’est rendu à un spectacle militaire et a inspecté des zones militaires), il n’aborde pas directement les questions militaires. Pourquoi ? Il semblerait que les organes de propagande (dirigé par un officier général nommé Kim Kyong Ok) ne cherchent pas à faire de Kim Jong Eun un homme agressif (du moins pour les medias occidentaux)…et il semblerait que ce soit en effet l’image que nous avons de ce jeune leader.

Remarquons que son père et son grand-père pratiquèrent le même type de politiques. Kim Jong Il et Kim Il Sung s’exprimaient rarement publiquement en ce qui concernait des confrontations directes avec la Corée du Sud.

Qui croient que les nord-coréens parlent sérieusement d’attaquer la Corée du Sud ? Surement pas les nord-coréens que mon collègue a croisés la semaine dernière à Pyongyang. Lorsque le vice-maréchal de l’armée nord-coréenne Hyon Yong Chol a annoncé dans les médias que la Corée du Nord allait annuler la validité de l’armistice coréenne, les nord-coréens présents dans le bar où était mon collègue, ont respiré brièvement leur souffle, puis sont revenus à leur conversation.

En d’autres termes pas même les nord-coréens ne croient aux menaces de l’état major de l’armée.

kje

source de la photographie: nkleadershipwatch.com

Lors du spectacle mentionné ci-dessus, figurait une personnalité qui était rarement présenté dans le passé dans l’entourage de Kim Jong Eun : il s’agit du lieutenant-général  Pak Jong Jon (un jeune officier qui a étudié à l’académie militaire de Kim Il Sung et en Chine). Celui-ci parait bien jeune face aux autres militaires présents (en partant de la gauche : Hyon Chol Ae vice maréchal de l’armée nord-coréenne, le vicemaréchal Choe Ryong Hae – responsable du bureau politique de l’armée – le vicemaréchal Hyon Yong Chol), il représente peut-être le futur état-major de la prochaine provocation potentielle nord-coréenne ?

Audition en direct consacrée aux relations entre la Pologne et la Corée du Nord

Ce soir je serais en direct à 21 heures à la radio polonaise numéro 1 (Polskie Radio 1) où je répondrais pendant une heure aux auditeurs concernant le sujet des relations entre la Pologne et la Corée du Nord. J’invite les polonophones à nous écouter !

Choe Yong Rim: une figure montante du système nord-coréen ?

De nombreux analystes (y-compris ma personne) considèrent que la figure numéro deux du régime (ou le couple phare de la Corée du Nord) est Jang Sung Thaek (avec sa femme Kim Kyung Hee). Néanmoins une analyse récente de documents nord-coréens semble montrer qu’une autre personne serait à observer : Choi Yong Rim. Ce sexagénaire est le premier ministre nord-coréen et il coresponsable (avec Ro Tu Chol, un nord-coréen conservateur ouvert au changement) de certaines réformes au sein du système nord-coréen. En observant de récentes photographies (comme celle de son inspection du complexe d’acier Chollima du 24 janvier 2013). Observer la posture de Choe Yong Rim : ne vous rappelle t’elle pas celle de Kim Jong Il ? Pour se rendre compte de la similarité, j’ai souligné des ressemblances en vert sur les photographies ci-dessous.

KJI Kim Jong Il en action (source: Agence Yonhap)CYR_4Choe Yong Rim en action (source: NKleadership Watch/KCNA)

La famille de Choe Yong Rim possède aussi des postes importants au sein du système nord-coréen. Choe Sun Hee (né dans les années 60, diplômée d’une maitrise d’anglais), la fille de Choe Yong Rim travaille à l’ambassade nord-coréenne à Pékin. Quant à son fils, il dirige une société de commerce.

Choe Sun Hee

Choe Sun Hee, la fille de Choe Yong Rim (Source: Agence Yonhap)

Sa hargne serait également visible dans sa taille, ses 163 cm font de lui un membre du club des petits « teigneux » qui ont atteint les hauteurs du pouvoir, citons Joseph Staline, Kim Jong Il, Vladimir Poutine, Nicolas Sarkozy, Adolph Hitler, Lech Kaczynski (l’ancien président polonais) et son frère jumeau. Tous mesurent moins de 1 mètre 70.

Autre argument confirmant le rôle de Choe Yong Rim : il est souvent en première page des médias nord-coréens et on l’entend à la télévision nord-coréenne… à la différence de Jang Sung Thaek.

CYR

Ci-dessus et ci-dessous: Choe Yong Rim (source: KCNA)CYR_2 Ci-dessous, remarquer la présence de Ro Tu Chol (encerclé de rouge vif) aux côtés de Choe Yong Rim RTC_2 CYR_3

 

Tir probablement réussi pour la Corée du Nord

 Image

Kim Yong Chol : un des responsable nord-coréen du programme nucléaire nord-coréen (source : Agence Yonhap).

Plus qu’un succès en ce qui concerne la fusée nord-coréenne, il s’agit d’un succès pour la Corée du Nord. D’une part celle-ci a réussi a faire partir sa fusée dans des conditions extrêmes. La fusée a probablement atteint le sud des Philippines.

Qui était informé de ce lancement ? Probablement l’Iran qui a déclaré il y’a quelques jours ne pas coopérer avec la Corée du Nord en ce qui concerne le développement d’un programme nucléaire. On peut plus que douter de cette affirmation néanmoins l’Iran souhait mentir (à tort) pour ne pas être associer au régime de Pyongyang.

Quelle sera la réaction de la communauté internationale ? Je prévois au mieux un renvoi à une date ultérieure des négociations en ce qui concerne le programme nucléaire nord-coréen. Quelle sera la réaction chinoise ? Probablement forte mais de courte durée : rappelons-le, dans le passé suite à un essai nucléaire nord-coréen, la Chine avait fermé l’accès à la Corée du Nord au pétrole pendant..24 heures. Cette fois-ci je n’imagine pas une réaction chinoise plus ferme, tout au mieux une condamnation verbale.

L’effet de surprise de Pyongyang (le lancement était prévu dans une semaine) me fait penser qu’une guerre avec la Corée du Sud est plus probable que dans le passé, en effet les nord-coréens se sont révélés cette fois ci plus rusé que dans le passé. L’effet de surprise est cependant à associer aux élections en Corée du Sud qui se dérouleront la semaine prochaine. Si celles-ci n’auraient pas lieu, la Corée du Nord aurait probablement attendu quelques jours de plus.

Un tir de plus pour la Corée constitue un succès supplémentaire

Pyongyang a annoncé samedi son intention de mettre sur orbite entre le 10 et le 22 décembre un satellite d’observation terrestre (plutôt un nouveau tir-test de missile à longue portée), après l’analyse des erreurs commises lors d’un précédent lancement en avril qui s’était soldé par un échec total.

imagesTout est parfait chez Kim Jong Eun! source; scrapetv.com

Un échec total ? Pas si sur, d’une part la Corée du Nord a (re)fait parlé d’elle en avril. Cette fois ci quelque soit le résultat, ce sera une victoire pour la Corée du Nord. Ajoutons que l’échec d’avril a déjà été oublié.

Pourquoi la Corée du Nord va procéder à la mise en orbite potentielle d’un satellite ? Cela est du à plusieurs facteurs. D’une part, la Corée du Nord souhaite faire part à la Corée du Sud, non seulement pour faire parler d’elle avant les élections présidentielles du sud mais aussi pour montrer que la Péninsule Coréenne n’est pas uniquement composée de la Corée du Sud.

D’autre par ce lancement de satellite est à mettre en relation avec le décès de Kim Jong Il. Ce lancement de satellite prendra place probablement dans les eaux de l’anniversaire du décès de l’ancien leader nord-coréen (le 17 décembre 2011). Et pourquoi pas le 19 décembre ? C’est en ce jour qu’a en effet son anniversaire l’actuel président sud-coréen Lee Myung Bak.

La Corée du Nord veut faire peur : non seulement elle a annoncé vouloir lancer un satellite mais aussi elle a nommé Kim Kyok Shik un nouveau général à la tête de son armée : celui-ci est réputé pour ses colères dantesques.

Enfin la Corée du Nord est obligé de mendier une aide économique (qui sait si celle-ci ne finance pas le tir de satellite, en effet un tel feu d’artifice coûte la modique somme de 850 millions de dollars).

Quel est mon avis personnel ? Elections ou pas élections, ce tir (cette menace) devait prendre place quelque soit le calendrier en cours, il est évident que la Corée du Nord doit continuer d’utiliser l’épouvantail économique pour pourvoir faire parler d’elle.  Le problème qui néanmoins va se poser est le suivant : comment les autorités nord-coréennes s’imaginent attirer des investisseurs étrangers dans un tel climat de violence et d’agression ? Pour limiter les risques, il est m prévoir un accroissement des investissements chinois en Corée du Nord afin que celle-ci ne dispose plus que d’un seul partenaire de discussion.