Un nouvel état nord-coréen

Et si la guerre éclatait entre la Corée du Nord et la Corée du Sud ? Et si la Corée du Nord perdrait ce conflit ? Quel serait le futur de la Péninsule ? Mon opinion de 2010 concernant ce sujet est disponible dans ce texte publié pour Foreign Policy Magazine Continue reading “Un nouvel état nord-coréen”

Pourquoi la Corée du Nord menace la Corée du Sud ?

aktorka z Japonii

Et si la Corée du Nord procédait à des enlevements en guise de provocation (ici l’actrice japonaise Choi Hun Hee enlevé par des services nord-coréens) ?

La Corée du Nord est actuellement si agressive car elle cherche à legitimer le pouvoir de Kim Il Sung, le fondateur de la Corée du Nord, le grand-père de Kim Jong Eun et son modèle idéologique et politique.

Afin de renforcer le pouvoir des Kims, les élites nord-coréennes se doivent de frapper fort. Pour cela une démonstration militaire est nécessaire et celle-ci sera soit un essai de missile balistique (dans le meilleur des cas), soit un essai nucléaire (dans un cas semi-optimiste), soit une provocation nord-coréenne qui fera des victimes (la pire des possibilités) : dans n’importe quel cas attendons nous à quelque chose. D’après des sources nord-coréennes, il semblerait que certaines routes en Corée du Nord soient fermes de manière inhabituelle (dans le nord du pays) ce qui laisserait présager à un essai nucléaire prochain. Le schéma relatif à ce scenario a été présenté ici : Schémas et système nord-coréen: des termes liés

Soulignons également que Kim Jong Eun ne se prononce pas directement en ce qui concerne la politique agressive de la Corée du Nord. Celui-ci garde sa position attentiste. C’est fortement calcule : la propagande nord-coréenne cherche à nous présenter un leader fort mais non-agressif envers la Corée du Sud. Remarquez également que plus la Corée du Nord se montre agressive, plus notre leader a des occupations triviales (Kim Jong Un Sends Wedding Present to President of Jindallae Children’s Foundation – KCNA, 28 février). Relevons également le message d’amitié de Kim Jong Eun aux élites syriennes (Kim Jong Un Sends Message of Greeting to Syrian President – KCNA, 7 mars) : celui-ci est un avertissement pour le monde occidental : la Corée du Nord sait ce qui se passe en Syrie et le fait savoir.

Cette semaine sera cruciale pour la suite des événements sur la Péninsule Coréenne. Je reste cependant serein et considère que la méprise sud-coréenne de la menace nord-coréenne n’est pas anodine. En effet on peut fortement supposer que rien ne se passera sur la péninsule, car cela n’est pas dans l’intérêt de Pyongyang.

 

 

Y’a t-il une menace nord-coréenne ?

Analyse de la menace nord-coréenne suite aux sanctions proposées par l’Organisation des Nations Unis. Ce discours ne remet-il pas en cause la coopération entre la Corée du Nord et des pays étrangers ?

Interrogations sur la visite de Dennis Rodman

La visite de Dennis Rodman suscite de nombreuses questions concernant la Corée du Nord. En voici deux que je tiens à présenter personnellement:

1.       La Corée du Nord menace les Etats Unis qui en récompense envoient  un joueur de Basket :

Rappelons-le, il y’a encore une semaine, La Corée du Nord menaçait d’attaquer les Etats-Unis en cas d’attaque préventive

U.S. Moves to Hold Military Hegemony under Fire

Pyongyang, February 11 (KCNA)–  If the U.S. dares mount a pre-emptive strike at the DPRK despite the latter’s repeated warnings, it will not be able to escape merciless retaliatory blows.

Source : KCNA

Malgré cela, malgré l’essai nucléaire qui menace la Corée du Sud (et indirectement les Etats-Unis et le Japon (protégé par les Etats Unis, selon le traite de San Francisco)

Tout cela nous montre que la politique américaine envers la Corée du Nord est en plein dysfonctionnement.

2.       Pas de Jang Song Thaek sur les photos officielles,

Jang Song Thaek, le numéro deux de la Corée du Nord, n’est pas visible sur les photos où se trouve Dennis Rodman, n’est ce pas curieux ? Il faut savoir que Jang Song Thaek est le fondateur de la Commission aux Sports de la Commission de Défense Nationale. Comment donc est-ce possible qu’il ne figure pas. Je ne serais pas surpris de savoir que Jang est à Rason : pourquoi ? Jang, un politicien ouvert aux reformes est peut-être responsable de l’arrivée du bateau touristique (de Singapour) au port de Rason.

1103626-1

Jang Song Thaek en tant que chef de la Commission Nationale Sportive de la Corée du Nord (source:nkleadershiwatch.com)

Singaporean Tourist Ship   Opens Business at Rajin Port of DPRK
 Pyongyang, February 20   (KCNA) — The Singaporean tourist ship “Royale Star” opened its   business with due ceremony at Rajin Port in the northeastern DPRK on Feb. 20.

Source : KCNA

Fermeture du complexe Kaesong ?

La Corée du Nord menace de fermer le complexe économique de Kaesong (une entité ou des sociétés sud-coréennes produisent des produits à l’aide la main d’œuvre nord-coréenne qualifiée et moins cher que les sud-coréens, le complexe est localisé en Corée du Nord près de la frontière sud-coréenne). Cela semble être peu probable, néanmoins une étude plus poussée de la situation permet de lancer la question suivante :

Où va la Corée du Nord ?

D’un coté le pays s’ouvre massivement à l’étranger, d’un autre coté la Corée du Nord continue de menacer le monde avec son arme nucléaire. Quelle est la logique ? Selon moi deux cas de figures se présentent :

–          D’une part, nous pouvons imaginer que le système est géré par différentes cliques qui possèdent plus ou moins d’importance dans le système nord-coréen. Une clique dirige par exemple les affaires militaires (pas forcément des militaires de carrière), d’autres dirigent le Parti etc. Ces cliques entrent en conflit et c’est ainsi qu’une asymétrie se forme au sein de la politique globale de la Corée du Nord.

–          D’autre part nous pouvons imaginer que le « leadership » nord-coréen est soudé

–          Quelle est mon opinion ? Je suppose que le leadership coréen est plus ou moins soudé et que la politique en cours mené par le régime nord-coréen est très calculée. En effet je ne crois pas que la Corée du Nord dispose de l’arme nucléaire pour attaquer une nation adverse mais plutôt en cas d’attaque de l’ennemi, la Corée du Nord serait prête à répondre concrètement.

On peut remarquer que le régime nord-coréen (ou plutôt les organes nord-coréens de propagande) ont un ennemi : il ne s’agit pas de la nouvelle présidente sud-coréenne mais de l’ancien président Lee Myung Bak qui n’était pas réputé pour mener une politique d’entente avec la Corée du Sud. Les organes de propagande cherchent donc à dire que la faute est au président précédent et qu’il faut revenir en arrière ou changer de politique si les sud-coréens souhaitent le maintien de la paix sur la Péninsule. Les cartes sont peut-être dans les mains de la présidente sud-coréenne Park Geun Hye.

lmb

Lee Myung Bak décrit dans les médias nord-coréens (source : KCNA)

De nouvelles élites en Corée du Nord – le cas de Hong Song Mu

En se basant sur les documents fournis par mon collège Michael Madden et en analysant la personnalité de Hong Song Mu, il est possible de tirer des conclusions :

Hong Song Mu est vice-directeur au sein du département de l’Industrie de Construction de Machines du Comité Central du Parti. Lors des dernières apparitions de Kim Jong Eun, il est apparu à ses cotés. Un hasard ? Oui et non. Hong Song Mu est très proche de Pak Do Chun (celui-ci est un des vice directeurs du deuxième comité économique de la Corée du Nord). Cette organisation est le deuxième ministère économique de la Corée du Nord. Elle gère non seulement des structures militaires mais aussi des entités économiques qui sont contrôlées par l’armée. Les personnes à la tête de cette organisation sont donc très puissantes en Corée du Nord, notamment les plus jeunes qui sont capables d’influencer la gestion de sociétés nord-coréennes.

HSMHong Song Mu (source:nkleadershipwatch)

Différencions son rôle de Ju Kyu Jang qui au sein du Second Comité Economique est responsable de la recherche (probablement). Il est apparu lors de la visite de la fabrique de verre Taegwan qui semblerait être sous le contrôle de militaires.

Né dans les années 50, il fera peut-être parti de la génération des nouveaux leaders économiques de la Corée du Nord.

Où est la vérité ?

De nombreuses menaces pèsent sur la Corée du Sud: les organes de propagande nord-coréens se font un plaisir de critiquer (voire parfois d’hausser le ton) envers les sud-coréens.

Exemple de propagande anti sud-coréenne  :

Pyongyang, February 3 (KCNA) — The Lee Myung Bak regime of south Korea is getting hell-bent on the moves to escalate the confrontation with fellow countrymen till the end of its office, not content with bringing the inter-Korean relations to a collapse. It will not be able to escape deadly retaliation and sledge hammer blows from fellow countrymen.

Minju Joson Sunday says this in a bylined commentary. It goes on:

The Lee group is becoming more desperate in its moves in the wake of the resolute steps for self-defence taken by the DPRK categorically rejecting the UN “resolution” adopted against it over its successful launch of Kwangmyongsong 3-2. The group is getting more vicious and desperate in its racket for confrontation with fellow countrymen, terming the DPRK’s steps for self-defence to safeguard the sovereignty of the country and the nation an “additional provocation”, far from apologizing for its first provocation against the DPRK. The group is threatening and blackmailing the DPRK, talking about “resolution on sanctions so harsh that the north can hardly hold off” and “sanctions against the north” which surpasses the recent UN “resolution.” Judging from the behavior of the Lee group whose ouster is just at hand, forsaken by the nation, no one can predict what shocking incident will break out on the Korean peninsula. In this case the group more dead than alive will face its doom earlier than expected.

Source: KCNA, 3 février 2013

Il faut cependant différencier le vrai du faux: les nord-coréens s’en prennent à coeur joie de critique la politique de Lee Myung Bak, c’est surtout lui qui est la cible du gouvernement nord-coréen.

Une voiture sud-coréenne en Corée du Nord (source de la photographie: document personnel)

C’est pourquoi, peut-être la coopération nord-sud s’est vu se réduire dans le cadre des 4 dernières années (chute de l’échange commerciale entre les deux pays de 30% – actuellement environ 1 milliard de dollars par an).

D’un autre coté, comme je l’ai indiqué dans mon texte intitulé I want to invest in North Korea and you ?, des Joint Ventures entre la Corée du Sud et la Corée du Nord sont mises en place. 10 sociétés coopèrent de cette manière dans les secteurs de l’automobile, de l’industrie minière et des produits de consommation. Dans le passé fonctionnaient des JV dans le secteur du tourisme. La Corée du Sud coopère avec la Chine dans le cadre d’un JV dans le secteur minier (mine d’acier de Tokhyon). D’autres projets existent comme par exemple la JV Andong Textiles dans le secteur des vêtements.

Relevons le projet auprès de la société Pyonghwa (automobile) qui prends en compte un partenariat avec l’Eglise de l’Unification.

Ces projets sont tout particulièrement réalisés avec des officiers du Parti (et non avec l’armée qui contrôle d’autres structures économiques) via des travailleurs du département de l’Unification du Comité Central du Parti du Travail Coréen.. A relever les employés de ce département sont en général des personnes jeunes.

Le tout reste à méditer..

Je veux investir en Corée du Nord et vous?

Le scénario se répète à nouveau: les organes de propagande de la Commission de Défense Nationale menace les Etats-Unis. Pyongyang annonce vouloir effectuer un test de missiles balistiques qui pourraient atteindre les cotes américaines.

La Commission de Défense Nationale constitue la principale organisation politico-économique de la Corée du Nord. La situation actuelle est intéressante dans la mesure où il y’a encore quelque jours, le président de Google, Eric Schmidt, a effectué une visite en Corée du Nord.

La Commission de Défense Nationale est gérée par une cliqua nord-coréenne: son directeur est bien entendu Kim Jong Un. Celui-ci est encadrée d’autres personnalités nord-coréennes : Jang Song Thaek, Ri Myong Su (tout deux responsables du Parti), Pak Do Chun, Ju Kyu Jang et Pak Sae Bong (responsables de structures économiques).

Les investisseurs étrangers qui sont présents en Corée du nord ont depuis longtemps compris que la menace nord-coréenne n’en constitue pas une (ou du moins celle-ci est exagérée), ceux-ci continuent d’investir et de réaliser leurs projets en la terre de Kim Jong Eun.

Les cibles choisies (Japon et Corée du Sud) par la Corée du Nord sont aussi celles qui investissent le plus en Corée du Nord (hormis les Etats Unis). Que faire alors : investir ou non ? Faire confiance aux élites nord-coréennes ?

Il est en effet difficile de répondre à cette question en quelques lignes néanmoins je souhaiterais apporter quelque éléments de réponse.

Abt

Felix Abt : un défenseur des investissements étrangers en Corée du nord et un adversaire des sanctions économiques face à la Corée du Nord. Il a publié un livre intitulé A Capitalist in North Korea auquel je reviendrais d’ici peu.

Je considère qu’en effet les pays étrangers devraient investir en Corée du Nord car cela peut changer la vie quotidienne de la population nord-coréenne (et pas uniquement de la population de la capitale de la Corée du Nord) car en effet celle-ci pourra avoir accès à des produits qui lui simplifiera la vie et lui permettra de gouter aux « joies » du capitalisme. Le saviez-vous ? Le marché des réfrigérateurs en Corée du Nord est d’ors et déjà dominé par une société chinoise. A quand d’autres produits étrangers ? Cela se justifie parfaitement car les sociétés nord-coréennes n’arrivent pas à répondre aux attentes nord-coréennes. Ces sociétés ont besoin de fonds étrangers.

Je crois en effet que la diplomatie économique peut apporter de nombreux avantages à la population nord-coréenne. Cependant est ce que une ouverture économique peut faire changer la nature du régime ? Je n’en suis pas convaincu, dans la mesure ou les changements économiques ne doivent pas aller de pair avec des changements politiques (les meilleurs exemples sont les pays de l’Asie Centrale ou ont été mises en place des réformes économiques et en parallèle la liberté d’expression y est encore limitée). C’est pourquoi je vous invite à investir en Corée du Nord.

Les plus grands ennemis nord-coréens (Japon et Corée du Sud) sont aussi ceux qui investissent le plus en Corée du Nord (excepté la Chine)

Nombres de Joint Ventures réalisé avec un partenaire nord-coréens

Pays

205

Chine

15

Japon

10

Corée du Sud

(Sources coréennes)