Ri Chol: Nouveau ministre des affaires étrangères en Corée du Nord

Comme je l’ai dis auparavant: Ri-chol est toujours vivant. Mieux: pour preuve, il  (en rouge) a été nommé comme nouveau ministre des affaires étrangères, il remplace Pak Ui-chun. Ci-contre des informations biographiques.

RC

Date et lieu de naissance

1940, lieu de naissance inconnu.

Postes Actuels

Ministre des Affaires Etrangères ; Probablement conseiller économique de Kim Jong-eun; gestionnaire d’investissements en Corée du Nord notamment concernant le nord-est de la RPDC; membre Permanent, CC PTC ; procurateur Général ; vice-directeur, département de l’Organisation et de la Direction, CC PTC. Directeur adjoint, Comité Central d’Emissions ; vice-directeur, JVIC ; vice Directeur, fédération des chrétiens de RPDC.

Education

Ecole Primaire Révolutionnaire Mangyongdae Université Kim Il-sung et probablement université de Moscou.

Carrière

Avril 2014 : ministre des affaires étrangères

2012 : retour en Corée d’où il gère des investissements étrangers.

1988: ambassadeur de la RPDC en Suisse.

Fin 1980: conseiller politique à l’ambassade de la RPDC à Genève (Suisse). Représentant permanent de la RPDC.

Septembre 1980 : directeur du SP de Kim Jong-il.

1974 : directeur du Protocole Diplomatique au MAE.

1972 : employé, MAE.

Famille

Ri Il-hyok : fils, lié au groupe Ponghwajo (groupe torche)

Commentaire personnel

Ri-chol est un homme politique nord-coréen qui connait la réalité économique du monde occidental. En effet il a résidé en Suisse entre 1980 et 2012 où il était en contact avec de nombreux hommes d’affaires occidentaux. Ri-chol parle aussi parfaitement français et anglais. Ri-chol possède pour pseudo Ri Su-yong. Membre honoraire de la famille des Kims (sous le nom de Kim Su-yong) qui gérait certains des comptes de Kim Jong-il.

Why nothing happened to Choe Ryong Hae ?

Recently, South Korean medias, announced that Choe Ryong Hae, the director of the powerful Political Bureau of the Korean Peopleąs Armz disappeared from the Political Scene. According to other sources, it rather seems that Choe Ryong Hae is alive, he’s however out of the scene for systemic reasons.

images

Choe Ryong Hae

First overall, those who are the most important in the North Korean system are people who are very often unknown. I’m thinking to persons belonging to the Personnal Secretariat of Kim Jong Eun and to the Deputy Directors of 3 departments:

– The Organization and Leadership Department

– The Propaganda and Agitation Department

– The Military Affairs Department

What I mean ? I do believe that important persons in the DPRK are not always on the top of the screen. Therefore it may means that Choe Ryong Hae may continue to play a role from behind.

I do also firmly believe that the core DPRK elites are switching their positions by rotation. Observing the DPRK leadership (such as Kwak Pom Gi), it can be noticed that people are very often changing their positions. It’s done not only to weak their positions in some structures but also in order to increase their competencies. The previous mentioned Kwak Pom Gi was a manager of companies, a former KWP regional secretariat and currently he’s one of the key economists of the DPRK, I may also quote of of my favorite DPRK elites who is rarely seen: O Su Yong. O Su Yong is rarely seen in public but he’s one of the tenors of the DPRK economy.

o su yong

O Su Yong

I also think that the fact  that Choe Ryong Hae is not visible is also a measure of the Propaganda Department which want to enlight/reinforce the position of Kim Jong Eun as a key leader of the DPRK. The absence of Choe Ryong Hae  is underlining the power of the 32 years old Kim Jong Eun.

In a few words: Choe Ryong Hae is safe: don’t worry:)

Ri Chol (the former tutor of Kim Jong Eun) is not dead

During the arrestation of Jang Sung Thaek (a so-called former numer 2 of the DPRK), various DPRK watchers indicated that some of his closest allies were also executed. One of them was probably Ri Chol (a.k.a Ri Su Yong, the former DPRK ambassador to Switzerland and the former tutor of Kim Jong Eun). Watching some Soutk Korean analytical documents, it can be noted, that Ri Chol was present during the arrest of Jang Sung Thaek. Ri Chol was probably saved because he’s highly connected to the Kim family . He’s probably a kind of member of the Kim family (he has several titles such as director in various DPRK companies, deputy director of the federation of Christianists of the DPRK, etc). It should be also noted that the meeting of the CC KWP was only reserved to a certain number of KWP members as of the entire hall wasn’t occupied. In order to prove the previous assumptions you may use the following pictures: Ri Su Yong

On this first picture Ri Chol is encircled in red (DPRK tv printscreen)

On this second picture please remark, that rows are empty (up to the red line). The entire hall can welcome more than 2 thous. Deputy. At the meeting related to the arrest of Jang Sung Thaek, there were only 200 selected KWP members. rows

Yongusil 25: Nicolas Levi and New DPRK Analysis from the Polish Academy of Sciences

This article was prepared by colleagues from Sinonk.com, a major platform for research on NK issues.

ommentators and analysts whose focus is north of the DMZ are kept mightily busy by their investigative and research charge, a truth especially so in recent months. Nicolas Levi, a long-time associate of and contributor to Sino-NK, and currently an Assistant Professor of the Polish Academy of Sciences, has been one of those kept working by the latest activities in Pyongyang. Levi’s interests are wider than simply the field of contemporary North Korean politics, extending into philosophic and structural contribution made to society and culture in the wider Korean Peninsula.

Levi’s policy paper for The Polish Institute of International Affairs entitled “Insanity or Part of a Plan? Prospects for Changes to North Korean Domestic and Foreign Policies” refers to Hazel Smith’s conceptualization of the analytic triad: North Korea as “mad, sad or rational actor“  Levi’s well structured review and coagulation of themes in contemporary systems and political scholarship is therefore well grounded theoretically.

Primarily Dr. Levi seeks to place the developing themes of economic and developmental reform within North Korea’s institutions in the wider frame of institutional developmental, especially post-Jang. Levi sees, intriguingly, the consolidation of power around the person and institution of Kim Jong-un in his initial years of reign as a diminution of the power, place and authority of the Korean People’s Army and the wider institutional complex of the North Korean military.

Levi’s analysis might also feed into the direction of last week’s Yongusil focusing on Green and Denney’s utilization of Peter Evan’s “pockets of efficiency” within a North Korean developmental context. We might see Jang’s death and the inevitable collapse in its wake of those “pockets of efficiency” controlled by him or his connected cohort as a reassertion of military control over those pockets, those institutions forming them and the streams of trade and capital around which they were constructed.

Levi also raises the issue of North Korean foreign policy and how this diminution of military influence within its governmental and developmental institutions might relate to the Special Economic Zones such as Kaesong and Rason, the majority of which are connected, at least in terms of their supply lines to external/foreign partners.

Levi posits the possibility that a pre-Jang reduction in military authority might give Kim Jong-un and the North Korean leadership apparatus some scope for loosening to reducing the level of hostility it exposes foreign nations to in its media and official narratives and perhaps some possibility for diplomatic breakthroughs. Dr. Levi sets out his framework for diplomatic action and engagement given this context, but it will be fascinating to watch the impact of the collapse of Jang’s ‘faction’ or support network on Pyongyang’s future relations with those with whom it engaged.

Nicolas Levi has also contributed a more trans-peninsular and East Asian analysis of the impact of Confucianism on contemporary South Korean and Japanese culture to the latest edition of the Polish Academy of Sciences’ Journal Acta Asiatica Varsoviensia. In his article for this journal, Levi tracks the impact of Confucian filial principles in the modern age on the differing nationalisms either side of the East Sea/Sea of Japan. The same issue also includes work from the esteemed Russian academic Larisa Zabrovskaia (a member of the Institute of History, Archaeology and Ethnography of the People of the Far East, Far Eastern Branch of the Russian Academy of Sciences, Vladivostok, whose work we have covered before at the Yongusil) writing on diplomatic relations in East Asian following the Fukushima incident and Frauka Kempka (of Martin Luther University, Halle Wittenberg), on the contrasting conceptions of ethnic homogeneity between Germany and East Asian nations. It seems that Levi (and others’ work), is representative of a vibrant and multi-focused Polish academy, busy, as usual at analysis and investigation.

A new leadership and new challenges in North Korea?

Since Kim Jong-il passed away in December 2011, on one hand it seems that new elites are appearing at the head of North Korea. However these people were not belonging to the former flagship structures of the North Korean system. On the other hand, from the standpoint of economical issues, the North Korean army (the KPA – Korean People’s Army) which was at the head of many companies in the field of the public infrastructure in North Korea had lost a part of its power (by losing its control on mining and agriculture infrastructures) due to an increasing power of the Korean Workers’ Party (KWP-the North Korean Communist Party) and affiliated organizations. In other words, companies run by military structures are now under the control of organizations affiliated to the Korean Workers Party (the Ministry of International Trade, the Ministry of Foreign Affairs, the Second Economic Committee,…).

Indeed, the army is not merely a military force, it is also the largest employer in North Korea. Given the strong involvement of the military structures in the political and economic life in North Korea since its inception in 1948, the army has become a key organization of the North Korean system.

A monument to the glory of Kim Il Sung: the founder of North Korea (© 2010 / N. Levi)
A monument to the glory of Kim Il Sung, the founder of North Korea
(© 2010 / N. Levi)

Over the years, new paramilitary organizations have been created in North Korea (including among others the Worker-Peasant Red Guards established in 1959) so that the army refocus around its military actions. Since the mid 90’s , the Kim family (the biological family of Kim Jong-eun, the current leader of North Korea) has been increasingly opposed to the economic role of the KPA. Thus the economic functions of the KWP have been strengthened by creating hybrid organizations affiliated both to the KPA and the KWP (such as the second Economic Committee, a sort of Ministry of Economic Affairs or the military Commission of National Defense, a military organization jointly managed by the KWP and the KPA). Nevertheless the KPA is still managing some strategic economic structures. Paramilitary organizations are also managing structures of less importance. The KWP (especially some specific KWP cells) seeks to take control of some economic structures because the KPA economical policy diverges from the KWP one. The KPA continues to be considered as a conservative organization while cells mentioned below are significantly more open to economic change in North Korea and its leaders consider themselves as better managers of companies that the military representatives to business entities.

The referred changes appear to be orchestrated by the Kim family, the family of those who rule over North Korea since 1948 (the establishment date of North Korea). Indeed the structures of the Party involved in assets management which were previously managed by KPA affiliated organizations are currently managed by some members of the Kim family (Paek Se- bong, the director of the Second Economic Committee is a cousin of Kim Jong-eun, Kim Yong -chun , the director of the Worker-Peasant Red Guards is the great uncle of Kim Jong-eun, … ) . These elements indicate that the real power is in the hands of the Kim family.

Why the Kims ? We must here mention that in the 40s, Joseph Stalin, the Soviet dictator personally decided that Korea should be under Soviet administration. In fact he knew that the Americans had the same type of claims. Thus Stalin decided that a North Korean named Kim Song -ju (the original name of Kim Il-sung) was chosen as the representative of Moscow in the Korean Peninsula. Then the same Kim Il-sung encouraged Mao and Stalin to attack South Korea, which was under U.S. occupation. This is ultimately a bloody conflict that broke out between the two Koreas between 1950 and 1953Neither Korea won the war in July 1953 and an armistice was signed. 2 million of civilians and soldiers were killed in this conflict.

After the death of Stalin, Kim Il-sung was worried by the results of the XXth Congress of the Soviet Communist Party in 1956. He noticed that Stalin’s successor, Nikita Khrushchev, had strongly criticized the policy of his predecessor. Therefore it was necessary to implement another strategy in order to remain at power in North Korea. Therefore Kim Il-Sung decided to set up another system of loyalty, a system based upon links blood and loyalty to the Kim family.

Consequently in the 60’s, the Kim family members were appointed at key positions of the North Korean system (Kim Jong- ju, the younger brother of Kim Il-sung was responsible in the 60’s for the Department of Propaganda and Agitation of the KWP. Kim Sung-ae, the second wife of Kim Il-sung, was in the 70’s the first secretary of the North Korean Democratic Women’s Union. After the death of Kim Il -sung in 1994, the son of Kim Il-sung, Kim Jong-il took the head of North Korea. When Kim Jong-il passed away in December 2011 he was replaced by his son Kim Jong-eun. The family of Kim therefore continues to play a key role in all structures of the socialist state since 1948.

Statue of Kim Il Sung (© 2010 / N. Levi)
Statue of Kim Il Sung
(© 2010 / N. Levi)

North Korea, from its inception until 1990, received a substantial international aid from countries of the Eastern bloc primarily from the Soviet Union which have actively participated in the reconstruction of North Korea. Many technicians from other eastern European countries (Poland Czechoslovakia, Hungary, East Germany, Romania,…) sent also funds to North Korea. Many North Korean orphans were also living in East Germany and in Poland.

In this international context, the key decisions of the Kim family chaired the fate of the North Korean population. Ongoing support of the Soviet bloc and China helped North Korea to avoid any reforms which could jeopardize the stability of the North Korean regime and thus have maintained the conservative wing of the family Kims (under the leadership of Kim Jong-il ) at the head of North Korea.

The fall of the Berlin Wall in 1989 and the collapse of the Soviet Union in 1991 led to the end of the economic support from the Soviet Bloc to North Korea. The consequences were tough for the regime of Pyongyang : starvation (more than 3 million people passed away according to secret North Korean reports disclosed to the general public), a never-ending energy crisis, …

The period from 1995 to the present day implicated structural and organizational changes in North Korea. The Kim family is still at the head of the main political, economic and military structures of the country, however, it seems that the “liberal” wing of the family took major policy decisions. These decisions are of course accepted by the former North Korean leader and by Kim Jong-eun. Those who advised the Kim family are politicians, businessmen, considered as being loyal to the Kim family . They studied abroad (in China, Europe, in the United States under false names), they  manage companies and have strong relations with the KPA .

Among the members of the “management board ” of North Korea, there are also other personalities such as Ri Su- yong, the tutor of Kim Jong-eun, now responsible for a number of investment in North Korea (especially in the resort of the Mount Kumgang), Kim Sung-nam , advisor of Kim Jong-eun on Chinese matters, Kim Sul-song , the older half-sister of Kim Jong-eun , who is managing some North Korean companies jointly with the millionaire brothers Jon (Sung-hun and Young-hun ) in the transport sector and in the supply of consumer goods (cars , etc.). The full list is much longer and includes many other members of the family who do not live necessarily in North Korea (such as Kim Jong-nam , the eldest son of Kim Jong-il who continues to manage some of the accounts of the Kim family).

The North Korean Supreme People's Assembly (corresponding to the British House of Commons or the U.S. House of Representatives) (© 2010 / N. Levi)
The North Korean Supreme People’s Assembly
(corresponding to the British House of Commons or the U.S. House of Representatives)
(© 2010 / N. Levi)

The advent of this liberal wing has led to radical changes in the North Korean system Since Kim Jong-il passed away in 2011, the KPA lost much of their decision-making abilities. The KPA was also forced to pass the economic entities that were under their control to the KWP. This raises the following question: Can the reorganization of these structures (which constitutes 70 % of the economic capacity of North Korea) lead to political and social changes in North Korea? The liberal wing of the Kim family which tries to avoid an internal unstability has to set new rules of the “game”. They reward the former KPA managers of important economic societies in North Korea (for example in the mining industry) or strategic military divisions (such as those near the borders with China and South Korea ). Kim Jong-eun gives them some kind of annual “gifts” (in form of cars, foreign currencies, furniture “Made in Europe” – some North Korean elites have homes where all products are Austrian!). That ensures the sustainability of the new relationship between the KPA and the KWP. This reflects also the increasing degree of corruption at the highest level of decision channels in North Korea and can subsequently lead to more radical changes with which the liberal wing could not cope in the future. How to know whether North Korean generals will still accept a loss of power in exchange of lavish “gifts” ? These same general are convinced that Kim Jong-eun will keep them alive? The recent history doesn’t give them reason. Ri Yong-ho, Kim Jong-gak and Hyon Chol-hae former leaders of the KPA were simply removed from their prestigious positions in the North Korean Army: so who’s next?

The next was Jang Sung-thaek, the former husband of the aunt of Kim Jong-eun. For unknown reasons ( Jang Sung- thaek allegedly threatened and thrown in doubt the power of Kim Jong-eun ), this North Korean politician was executed  on the 13th December 2013 after an quick military trial. It is still too early to draw conclusions from this event but if it is true that Jang Sung- thaek was executed, it would mean that nobody can feel safe in North Korea and that the Kim family has less power than in the past years if they were not responsible for the eviction of Jang Sung- thaek . It is also highly possible that the eviction of Jang Sung- thaek was due to conflicts that are not directly caused by opposing military factions. Indeed, in recent years, although the Kim family continues to dominate the political scene, other families (side-branches of the Kim family) have seen their roles increase in the recent years. Including among others, the Kang family ( Kang Sok-ju is a North Korean Deputy Prime Minister whose children manage companies in North Korea) , the Oh family (Oh Kuk-ryol’s children work in import-export companies between China and North Korea). Therefore, some disputes among these families may have lead to the eviction of Jang Sung- thaek ?

Regarding the nuclear file, it is now run by a group of KWP politicians endow with some military knowledge. This group of individuals (Kim Kyong ok , Ju Kyu-jang , Pak Do-chun and Choe Ryong -hae) represent the cutting edge on the atomic issue and these people should be involved in nuclear negotiations. What remains relevant here is the fact that these negotiations (if they can be considered reliable) are yet conducted by people associated to the Kim family: Ri Gun, Kim Kye-kwan and Ri Yong-ho . All without exceptions were relatives of the Kim family.

A monument to the glory of the North Korean ideology: the 'Juche' (© 2010 / N. Levi)
A monument to the glory of the North Korean ideology: the Juche
(© 2010 / N. Levi)

The Kim family must also deal with a generational challenge. In the past ten years, more and more North Korean leaders sent their children to study abroad (including in Austria, France , Great Britain,…) If this golden youth wishes to enrich themselves and change the fate of their country , then what may be the future of North Korea ? The answer to this question is difficult firstly because the North Korean regime continues to maintain an old hermetic system but on the other way a new generation of North Korean leaders ( for instance Paek Ryong-chon, the current director of the North Korean Central Bank, a former student in China and the son of Paek Nam-Sun , the former North Korean Foreign Minister) wants to get rich and it will necessarily pass through changes in the north Korean system, ie. more explicitly tangible reforms would be implemented

In conclusion, the enlarged Kim family is facing internal changes in North Korea. The Kim family must also take into account the generational changes taking place in its foreign partners (I think especially to the Chinese elites which are more and more opposed to the belligerent policy of Pyongyang) that may affect the future of relations between North Korea and its foreign partners. The changes that have been indicated in this text means that the North Korean leadership is aware of the requested changes but they are also conscious that these changes cannot question the nature of the North Korean political system.

Selected members of the Kim family

Identity Main function Familial Relation toward Kim Jong-eun
Kang Sok-ju Deputy Prime Minister Great cousin
Kim Jong-chol Kim Jong-eun’ advisor Half-brother
Kim Jong-nam Kim Jong-eun’s advisor on economic issues Half-brother
Kim Kwang-sop Ambassador of North Korea to Austria Uncle
Kim Pyong-il Ambassadeur of North Korea to Poland Uncle
Kim Sul-song CEO of companies Half-sister
Kim Yong-chun Director of the Worker-Peasant Red Guards Great uncle
Kim Yong-nam Head of State of North Korea Great cousin
Paek Se-bong Director of the Second Economic Committee Great cousin
Yang Hyong-sop Secretary of the Supreme People’s Assembly Great cousin

Nouveau leadership et nouveaux défis en Corée du Nord ?

Depuis le décès de Kim Jong-il en décembre 2011, il semblerait d’une part qu’apparaissent à la tête de la Corée du Nord de nouvelles personnalités qui ne soient pas issus des anciennes structures phares du système nord-coréen. D’autre part du point de vue du dossier économique, l’armée nord-coréenne qui était à la tête de nombreuses sociétés des secteurs des matières premières et du domaine de l’infrastructure publique en Corée du Nord s’est vu transférée ses richesses (entre autre minières et agricoles) par certaines organisations affiliées au Parti du Travail Coréen (le parti communiste nord-coréen). En d’autres termes, des sociétés gérées par des structures militaires sont dorénavant sous le contrôle de structures affiliées au Parti (le Ministère du Commerce International, le Ministère des Affaires Etrangères, le Second Comité Economique…).

En effet, l’armée ne constitue pas uniquement une force militaire, il s’agit également du premier employeur de la Corée du Nord. Etant donné la forte implication des structures militaires dans la vie politique et économique en Corée du Nord depuis sa création en 1948, l’armée est devenue par la même une organisation clé du système nord-coréen.

Un monument à la gloire de Kim Il Sung, le fondateur de la Corée du Nord (© 2010 / N. Levi)
Un monument à la gloire de Kim Il Sung, le fondateur de la Corée du Nord
(© 2010 / N. Levi)

Les années passant, de nouvelles organisations paramilitaires ont été crées en Corée du Nord (citons entre autre la Garde des Paysans Travailleurs Rouges créée en 1959) afin que l’armée en elle-même se reconcentre autour de ses actions militaires. Depuis le milieu des années 90, la famille des Kims (c’est-à-dire la famille biologique de Kim Jong-eun, le numéro un de la Corée du Nord) s’est de plus en plus opposée au rôle économique de l’Armée. C’est ainsi que se sont vu renforcées les fonctions économiques du Parti du Travail Coréen par la création d’organisations hybrides à la fois militaire et liées au Parti (par exemple le second Comité Economique, une sorte de ministère des Affaires Economiques militaires ou la Commission de Défense Nationale, une organisation militaire qui est cependant gérée conjointement par le Parti et par l’armée nord-coréenne). Au final nous avons donc l’armée qui continue de gérer certaines structures économiques stratégiques, les organisations paramilitaires qui gèrent des structures de second ordre et le Parti qui tente de prendre le contrôle de structures gérées par les organisations militaires. Le Parti (et tout particulièrement certaines cellules) cherche à prendre le contrôle de ses structures économiques car l’Armée a des priorités qui divergent de celle du Parti. L’armée continue d’être considérée comme une organisation conservatrice tandis que les cellules évoquées ci-dessous sont sensiblement plus ouvertes à des changements économiques en Corée du Nord et ses responsables se considèrent comme étant de meilleurs gestionnaires de sociétés que les représentants militaires aux affaires économiques.

Les changements dont il est question semblent être orchestrés par la famille des Kims, famille de ceux qui règnent sur la Corée du Nord depuis 1948, année de la création de ce pays. En effet les structures du Parti qui s’occupent de la gestion d’actifs qui étaient à l’origine militaire sont gérées par des membres du clan des Kims (Paek Se-bong, le directeur du Second Comité Economique est un cousin germain de Kim Jong-eun, Kim Yong-chun, le directeur de la Garde des Paysans Travailleurs Rouges est le grand oncle de Kim Jong-eun,…). Tout cela semble donc démontrer que quelque soit l’année ou l’époque, c’est la famille des Kims qui dispose du vrai pouvoir en Corée du Nord.

Pourquoi les Kims ? Il faut indiquer ici que dans les années 40, Joseph Staline, le dictateur soviétique a personnellement décidé que la Corée devrait être sous administration soviétique, en effet il savait que les américains avaient le même type de prétentions. C’est ainsi que Staline décida qu’un certain nord-coréen du nom de Kim Song-ju (il se donnera dans les années 40 le patronyme de Kim Il-sung) serait le représentant de Moscou dans la Péninsule Coréenne. Ce même Kim Il-sung encouragea ensuite Mao et Staline à attaquer la Corée du Sud qui était sous occupation américaine. C’est au final un conflit sanglant qui éclata entre les deux Corées entre 1950 et 1953 durant lequel périrent plus de 2 millions de personnes. Aucune des deux Corée ne gagna cette guerre et en juillet 1953 un armistice fut signé.

A la mort de Staline, Kim Il-sung observant la scène internationale et notamment le XXème congrès du Parti Communiste Soviétique de 1956,  remarqua que le successeur de Staline, Nikita Khrouchtchev avait critiqué avec virulence la politique de son prédécesseur. Mauvais présage, sans doute pour un homme qui avait été « choisi » par Staline lui-même. Il fallait donc alors mettre en place une autre stratégie pour demeurer au pouvoir en Corée du Nord et Kim Il Sung décida de  mettre en place un autre système de loyauté, un système interne à la Corée du Nord qui s’appuiera désormais sur les liens du sang et le clan de la famille Kim

C’est pourquoi dès le début des années 60, les membres de la famille des Kims furent nommés  en masse à des postes clés du système nord-coréen (Kim Jong-ju, le frère cadet de Kim Il-sung a notamment été responsable dans les années 60 du Département de la Propagande et de l’Agitation du Parti, Kim Sung-ae, la femme de Kim Il-sung, était dans les années 70 la première secrétaire de la Fédération Démocratique des Femmes nord-coréennes,…). Après le décès de Kim Il-sung en 1994,  le fils de Kim Il Sung, Kim Jong Il  a pris la tête de la Corée du Nord Kim Jong-il et suite à sa mort en 2011, c’est son fils Kim Jong-eun qui le remplaça. La famille des Kim continue donc de jouer sans discontinuer un rôle clé au sein de toutes les structures  de l’état socialiste depuis 1948.

Statue de Kim Il Sung (© 2010 / N. Levi)
Statue de Kim Il Sung
(© 2010 / N. Levi)

La Corée du Nord, depuis sa création jusqu’en 1990, a bénéficié d’une aide internationale importante des pays du bloc de l’Est au premier chef l’Union Soviétique  qui ont participé activement à sa reconstruction : de nombreux techniciens polonais, tchécoslovaques, hongrois sont allés en Corée du Nord tandis que de nombreux orphelins de Corée du Nord sont allés vivre en Allemagne de l’Est et en Pologne.

Dans un tel contexte international, les décisions clés de la famille des Kims a présidé au destin de la population nord-coréenne. En effet, un soutien constant du bloc soviétique et de la Chine a permis à la Corée du Nord d’éviter toutes les réformes pouvant mettre en péril la stabilité du régime nord-coréen et ont maintenu ainsi l’aile conservatrice de la famille des Kims (sous la houlette de Kim Jong-il) à la tête de ce pays.

La chute du Mur de Berlin en 1989 puis la chute de l’Union Soviétique en 1991 ont entrainé l’arrêt du soutien économique provenant du Bloc Soviétique à la Corée du Nord. Les conséquences furent terribles: famine (plus de 3 millions de morts selon des rapports nord-coréens divulgués au grand public), crise énergétique,…

La période allant de 1995 à nos jours a été par contre synonyme de changements structurels et organisationnels en Corée du Nord avec à la clé des changements au sein des élites nord-coréennes. Certes, ce sont toujours les membres de la famille des Kims qui sont à la tête des principales structures politiques, économiques et militaires de la Corée du Nord, néanmoins, il semblerait que l’aile “libérale” de la famille prenne les principales décisions politiques au sens large et non l’aile conservatrice. Celle-ci se compose de conseillers qui ont été approuvés par Kim Jong-il et par le jeune leader Kim Jong-eun. Ces conseillers sont des hommes politiques, des hommes d’affaires qui sont qualifiés comme étant loyaux à la famille des Kims. Il s’agit également de membres de la famille biologique de Kim Jong-eun, le leader nord-coréen. Ils ont effectué des études à l’étranger, gèrent des sociétés et disposent de solides relations avec l’Armée Populaire de la Corée du Nord.

Parmi les membres de ce “conseil d’administration” de la Corée du Nord, citons entre autre les personnalités de Ri Su-yong, le précepteur de Kim Jong-eun lorsque celui-ci était en Suisse et dorénavant responsable pour un certain nombre d’investissements en Corée du Nord (notamment dans le cadre du complexe hôtelier des Monts Kumgang (Monts de diamants), Kim Sung-nam, le conseiller de Kim Jong-eun qui s’occupe tout particulièrement de tout ce qui concerne les relations entre la Corée du Nord et la Chine, Kim Sol-song, la sœur ainée de Kim Jong-eun, qui est conjointement responsable avec les frères  millionnaires Jon (Sung-hun etYoung-hun) de certaines sociétés nord-coréennes du secteur des transports et de l’approvisionnement de produits de grande consommation (voitures, etc.). La liste complète est beaucoup plus longue et comporte de nombreux autres membres de la famille des Kims qui n’habitent pas forcément en Corée du Nord (comme Kim Jong-nam, le fils ainé de Kim Jong-il qui continue de gérer les comptes de la famille des Kims).

L'Assemblée populaire suprême nord-coréenne (l'équivalent de l'Assemblée nationale française) (© 2010 / N. Levi)
L’Assemblée populaire suprême nord-coréenne
(l’équivalent de l’Assemblée nationale française)
(© 2010 / N. Levi)

L’avènement de cette aile libérale suite aux problèmes de santé du défunt Kim Jong-il a entrainé des changements radicaux dans le système nord-coréen. Depuis l’avènement de Kim Jong-il, les militaires ont perdu une grande partie de leurs capacités décisionnelles. Ceux-ci aussi se sont vus obligés de transmettre les entités économiques qui étaient  jusqu’à là sous leur contrôle des organisations affiliées au PTC. Se pose alors la question suivante : Est-ce que la réorganisation de ces structures (qui constituaient 70% des capacités économiques de la Corée du Nord) peut entrainer des changements politico-sociaux en Corée du Nord ? L’aile libérale de la famille des Kims sait que pour éviter toute instabilité, elle se doit de gratifier les militaires qui étaient à la tête de sociétés économiques importantes en Corée du Nord (comme par exemple les mines) ou de divisions militaires stratégiques (comme celles qui sont proches des frontières avec la Chine et la Corée du Sud). Kim Jong-eun leurs donne ainsi chaque année des « cadeaux » (sous la forme de voitures, de devises étrangères, de meubles Made in Europe – certaines élites nord-coréennes ont des maisons dont tous les produits sont autrichiens !) qui assurent la pérennité de la nouvelle relation entre l’armée et le Parti. Cela illustre le degré de corruption  croissant au plus haut niveau des éléments décisionnels en Corée du Nord et peut ainsi conduire à des changements plus radicaux ultérieurs auxquelles l’aile libérale ne pourrait faire face. En effet comment savoir si les généraux nord-coréens accepteront à long-terme de perdre leur pouvoir en échange de « cadeaux » somptueux ? Ces même généraux sont ils convaincus que Kim Jong-eun les maintiendra en vie ? L’histoire récente ne leurs donne-t-elle pas raison : Ri Yong-ho, Kim Jong-gak et Hyon Chol-hae des anciens leaders de l’armée nord-coréenne ont tout simplement été démis de leurs fonctions prestigieuses au sein de l’Armée : à qui donc le tour ?

A titre de revanche, il semblerait que le suivant sur la liste qui sera écarté n’est d’autre qu’un proche de Kim Jong-Un : Jang Sung-thaek. Pour des raisons obscures (Jang Sung-thaek aurait menacé et remis en doute le pouvoir de Kim Jong-eun), cet homme politique nord-coréen a perdu en fin novembre 2013 son poste de directeur au sein de la Commission de Défense Nationale suite à des désaccords avec des militaires nord-coréens et fut fusillé après un procès express le 13 décembre 2013. Il est encore trop tôt pour tirer des conclusions de cet évènement mais s’il s’avère exact que Jang Sung-thaek ait été exécuté, cela signifierait que d’une part personne ne peut se sentir en sécurité en Corée du Nord et que d’autre part la famille des Kims dispose d’une part du pouvoir moins importante que dans le passé dans la mesure où ce serait l’armée qui serait responsable de l’éviction de Jang Sung-thaek. Il est également probable que l’éviction de Jang Sung-thaek ait été due à des conflits qui ne soient pas directement dus à des factions militaires opposées. En effet depuis quelques années, bien que la famille des Kims continue de dominer la scène politique, d’autres familles (des ramifications de la famille des Kims) ont vu leurs rôles s’accroitre au sein des dernières années : citons entre-autre la famille de Kang Sok-ju (un vice premier ministre nord-coréen dont les enfants gèrent des sociétés en Corée du Nord), la famille d’Oh Kuk-ryol (un militaire dont les enfants travaillent dans des sociétés d’import-export entre la Chine et la Corée du Nord). Ce sont donc peut-être des disputes avec ces familles qui sont à l’origine de l’éviction de Jang Sung-thaek ?

En ce qui concerne le dossier nucléaire cher aux organisations militaires nord-coréennes, celui-ci est dorénavant géré par un groupe d’hommes politiques issus du PTC mais disposant de certaines connaissances militaires. Ce groupe de personnalités (Kim Kyong-ok, Ju Kyu-jang, Pak Do-chun, Choe Ryong-hae) constitue le fer de lance décisionnel concernant la question atomique et ce sont eux qui devraient prendre directement part aux négociations nucléaires avec,  entre autre, les Etats-Unis. Ce qui reste ici pertinent, c’est le fait que ces négociations (si on peut les qualifier de telles) sont pour l’instant menée du point de vue nord-coréen par des personnalités qui sont plus ou moins issues de la famille des Kims. Je pense ici tout particulièrement à  Ri Gun, Kim Kye-kwan et Ri Yong-ho. Tous sans exception étaient des proches de la famille des Kims.

Un monument à la gloire de l'idéologie nord-coréenne : le 'juche' (© 2010 / N. Levi)
Un monument à la gloire de l’idéologie nord-coréenne : le juche
(© 2010 / N. Levi)

La famille des Kims doit aussi faire face à un défi générationnel. Depuis une dizaine d’années, de plus en plus de leaders nord-coréens envoient leur enfants effectuer des études économiques et d’architecture à l’étranger (notamment en Autriche, France, Grande Bretagne et certains étudient aux Etats-Unis sous le couvert de faux passeports !). Si cette jeunesse dorée liée bien entendu à la famille des Kims et aux familles évoquées ci-dessus, souhaite s’enrichir et faire par la même changer leur pays, quelle peut-être le futur de la Corée du Nord ? La réponse à cette question est difficile à donner car d’une part le régime nord-coréen continue de maintenir un système politique vieux de près de 65 ans mais d’autre part une nouvelle génération de leaders nord-coréens (par exemple Paek Ryong Chon, directeur de la Banque Centrale nord-coréenne, ancien étudiant en Chine et fils de Paek Nam Sun, ancien ministre nord-coréen des affaires étrangères) souhaite s’enrichir et cela devra passer forcément par des changements au sein du système nord-coréen, plus explicitement des réformes tangibles devront être mises en place

En conclusion, la famille des Kims, qui a vu son cercle s’élargir avec l’avènement de membres honoraires et l’éviction de certains proches, doit faire face à des changements internes en Corée du Nord. La famille des Kims doit aussi prendre en compte les changements générationnels qui s’opèrent chez ses partenaires étrangers (je pense tout particulièrement aux élites chinoises qui s’opposent de plus en plus à la politique défiante de Pyongyang) et qui peuvent affecter le future des relations entre la Corée du Nord et ses partenaires étrangers. Les changements qui ont été indiqués dans ce texte signifient que le “leadership” nord-coréen est conscient des changements nécessaires mais que ceux-ci doivent éviter toute remise en cause du système politique nord-coréen.

Nicolas Levi est chercheur en sciences politiques et économiques
au sein du Centre de Recherches sur le Confucianisme Contemporain
au sein de l’Institut des Cultures Orientales et Méditerranéennes (www.iksio.pan.pl)
de l’Académie Polonaise des Sciences
et enseignant à l’Université d’Economie Interrégionale Alcide de Gasperi à Varsovie.

Il a consacré une thèse de doctorat sur les élites nord-coréennes actuellement au pouvoir.
Le site de Nicolas Levi présente des travaux de recherches consacrées aux élites nord-coréennes
et à l’économie de la Corée du Nord : https://nkreports.wordpress.com/


ANNEXE 1

Membres choisis de la famille des Kim

Personnalité Rôle Relation généalogique par rapport à Kim Jong-eun
Kang Sok-ju Vice premier ministre Cousin germain
Kim Jong-chol Conseiller de Kim Jong-eun Demi-frère
Kim Jong-nam Conseiller en investissements en Corée du Nord Demi-frère
Kim Kwang-sop Ambassadeur de la Corée du Nord en Autriche Oncle
Kim Pyong-il Ambassadeur de la Corée du Nord en Pologne Oncle
Kim Sul-song Directrice de sociétés Demi-sœur
Kim Yong-chun Directeur de la Garde des Paysans Travailleurs Rouges Grand oncle
Kim Yong-nam Chef d’état officiel de la Corée du Nord Cousin germain
Paek Se-bong Directeur du Second Comité Economique Cousin germain
Yang Hyong-sop Secrétaire de l’Assemblée Populaire Suprême Cousin germain

 

Le texte a été initalement publié sur ke site de Réseau Asie & Pacifique, une association qui cherche à  créer des liens entre des chercheurs francais et asiatiques.

Kim Kyung Hee est en Pologne ?

Kim Kyung Hee, la tante de Kim Jong Eun serait selon des sources russes (basées sur des sources japonaises) en Pologne. Cela semblerait peut probable dans la mesure où celle-ci était en profond désaccord avec l’ambassadeur nord-coréen à Varsovie : Kim Pyong Il. Kim Pyong Il est également un oncle germain de Kim Jong Eun. Cependant dans le cadre de la solidarité familiale qui est très forte au sein de la famille des Kims, il est cependant probable que celle-ci séjourne chez son frère. Dans un futur proche elle pourrait se rendre chez Kim Kyung Jin, une de ses cousines, qui est la femme de Kim Kwang Sop, l’ambassadeur de la Corée du Nord en Autriche.

A noter que les ambassadeurs nord-coréens ont été très longtemps sélectionner par Jang Sung Thaek et Kim Kyung Hee. Il est donc probable que Kim Pyong Il ait été envoyé en Pologne sur ordre de Kim Kyung Hee. 

La famille de Kim Kyung Hee en Europe: présentation

En Europe résident Kim Pyong Il, le demi frère de Kim Kyung Hee ainsi que son beau frère (Kim Kwang Sop), ceux-ci sont respectivement ambassadeurs en Pologne (depuis 1998) et en Autriche (depuis 1995). Ils sont considérer comme être secrets mais également joviaux et sympathiques. Ils donnent donc une belle image de la Corée du Nord (peut-on alors parler de famille sympathique ?). Des sources affirment qu’ils s’occupent également de la gestion de comptes des Kims Kyung Hee.

La localisation de la résidence de l’ambassadeur nord-coréen à Varsovie (même adresse que l’ambassade de Corée du Nord de Varsovie). Le territoire total de l’ambassade de Corée du Nord est délimité en orange. Les diplomates nord-coréens résident dans la partie délimitée par du rose.

La localisation de la résidence de l’ambassadeur nord-coréen à Vienne (même adresse que l’ambassade de Corée du Nord de Vienne). Le territoire total de l’ambassade de Corée du Nord est délimité en orange.

Purge au sein du département administratif du Comité Central du Parti du Travail de Corée

La purge de Jang Sung Thaek a entrainé la disparition de nombreuses figures du Parti du Travail Coréen (le parti communiste nord-coréen). Il est tout à fait intéressant de noter que la direction du département de l’administration a été tout simplement liquidée suite à la purge de l’oncle de Kim Jong Eun. Tout cela signifie que ce département était clé dans le système nord-coréen.

Il est également intéressant de noter que la direction du département de l’Organisation et de la Propagande n’a pas été touché par les purges liées à Jang. Hwang Pyong So, Kim Kyong Ok, directeur de ce dèpartement ont conservé leur postes.  

Direction du Département Administratif du CC PTC (direction à la date du 1 septembre 2013)

 Clipboard02

Anciens cadres du département de l’administration du CC PTC

Jang Kim Song (né en 1979)

Fils de Jang Sung Thaek. Ancien employé au sein du département administratif du PTC. Il était également gestionnaire adjoint d’une société nord-coréenne dans le domaine de l’agroalimentaire.

Choe Pyung Hee

Ancien directeur adjoint du département administratif du CC PTC.

Ri Ryong Ha

Ancien directeur adjoint du département administratif du CC PTC. Ri Ryong Ha (né en 1947) était ainsi le collaborateur de Jang Sung Thaek qui quant à lui était le directeur de ce département

Pak Chun Hong

Ancien directeur administratif du département administratif du CC PTC. Exécuté.

Direction du Département Administratif du CC PTC (direction à la date du 1er janvier 2013)

NOUVELLE DIRECTION

Direction du Département Administratif du CC PTC (direction à la date du 1er janvier 2013)