Un tir de plus pour la Corée constitue un succès supplémentaire

Pyongyang a annoncé samedi son intention de mettre sur orbite entre le 10 et le 22 décembre un satellite d’observation terrestre (plutôt un nouveau tir-test de missile à longue portée), après l’analyse des erreurs commises lors d’un précédent lancement en avril qui s’était soldé par un échec total.

imagesTout est parfait chez Kim Jong Eun! source; scrapetv.com

Un échec total ? Pas si sur, d’une part la Corée du Nord a (re)fait parlé d’elle en avril. Cette fois ci quelque soit le résultat, ce sera une victoire pour la Corée du Nord. Ajoutons que l’échec d’avril a déjà été oublié.

Pourquoi la Corée du Nord va procéder à la mise en orbite potentielle d’un satellite ? Cela est du à plusieurs facteurs. D’une part, la Corée du Nord souhaite faire part à la Corée du Sud, non seulement pour faire parler d’elle avant les élections présidentielles du sud mais aussi pour montrer que la Péninsule Coréenne n’est pas uniquement composée de la Corée du Sud.

D’autre par ce lancement de satellite est à mettre en relation avec le décès de Kim Jong Il. Ce lancement de satellite prendra place probablement dans les eaux de l’anniversaire du décès de l’ancien leader nord-coréen (le 17 décembre 2011). Et pourquoi pas le 19 décembre ? C’est en ce jour qu’a en effet son anniversaire l’actuel président sud-coréen Lee Myung Bak.

La Corée du Nord veut faire peur : non seulement elle a annoncé vouloir lancer un satellite mais aussi elle a nommé Kim Kyok Shik un nouveau général à la tête de son armée : celui-ci est réputé pour ses colères dantesques.

Enfin la Corée du Nord est obligé de mendier une aide économique (qui sait si celle-ci ne finance pas le tir de satellite, en effet un tel feu d’artifice coûte la modique somme de 850 millions de dollars).

Quel est mon avis personnel ? Elections ou pas élections, ce tir (cette menace) devait prendre place quelque soit le calendrier en cours, il est évident que la Corée du Nord doit continuer d’utiliser l’épouvantail économique pour pourvoir faire parler d’elle.  Le problème qui néanmoins va se poser est le suivant : comment les autorités nord-coréennes s’imaginent attirer des investisseurs étrangers dans un tel climat de violence et d’agression ? Pour limiter les risques, il est m prévoir un accroissement des investissements chinois en Corée du Nord afin que celle-ci ne dispose plus que d’un seul partenaire de discussion.

 

Publicités

Catégories :Articles, Kim Jong Eun, Kim Kyok Shik, menace, victoireÉtiquettes : , ,

Nicolas Levi

Analyst on North Korean issues

Laisser une réponse

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.